10 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Portrait de admin
Hors ligne
Dernière visite: Il y a 3 jours 4 heures
A rejoint: 01/03/2011 - 16:36
Contributions: 910
IP: 176.167.141.245
De la Progression Virale d'un Média

Une fois votre travail produit sous Renoise : la question est de savoir s'il restera lettre morte, ou pas, et comment faire pour qu'il traverse correctement les réseaux sociaux modernes.

D'où ce fil de discussion.

Qu'est-ce que la progression virale d'une élément culturel ? Quel genre de contenu peut faire l'objet de ce type de progression ? Pour quelles raisons un contenu devient-il viral ? Quelles sont les stratégies ou les techniques qui ont été utilisées pour promouvoir ces contenus ?

Hors ligne
Dernière visite: Il y a 5 années 2 semaines
A rejoint: 06/02/2013 - 20:19
Contributions: 413
Pour traverser les réseaux

Pour traverser les réseaux sociaux...il faut déjà avoir des amis...qu'ils partagent votre musique ou autre erzatz d'Art produit...

Après, c'est vrai que la qualité intrinsèque du truc importe peu et plus ça serait mainstream, plus ça aurait tendance à trouver un certain écho dans ce monde de trisos ( pardon aux trisomiques authentiques ).

Un peu comme le " téléphone Arabe "...plus le truc sera rigolo voir ridicule, plus ça aura de chances de se répandre vite...on le voit avec les Mémés, photos commentées ou autres vidéos débiles qui circulent...c'est pas très souvent hautement philosophiques mais bon...

Sans compter l'hypocrisie générale où on vous dit aussi ce que vous voulez entendre par intérêt ou dédain profond...histoire soi moi-même de rézoter ou par volonté de ne pas blesser...

Ben si j'ai bien pigé le sujet, c'est viral quand ça se propage comme...un virus...genre ça fait rire tout le monde ou tout le monde aime...etc...

Promouvoir ? un truc rigolo, ridicule, de cul ou très bon (cf. musique)...

Mais faut penser comme ceux qui pensent "Money shot"...ça n'a rien de gratuit.C'est souvent nul, naze ou méchant...

La Nature Humaine fera le reste, on l'a vu sur le Harlem Shake...Dj Bauer est millionaire et bosse avec Jay-Z...Ké rire...

 

 

 

Portrait de admin
Hors ligne
Dernière visite: Il y a 3 jours 4 heures
A rejoint: 01/03/2011 - 16:36
Contributions: 910
IP: 176.167.141.245
...

Intéressant de se dire qu'au fond le contenu n'est pas si "important" pour que le "virus" prenne.

Ce qui signifie que les leviers d'une promotion virale sont en deça ou au delà de la qualité du contenu.

Tu évoques la débilité, le rigolo, ou le ridicule : pas besoin de profondeur et de densité spirituelle pour le contenu.

Donc on va mettre en tête de liste des caractéristiques qui produisent l'aspect "viral" de la sauce

- le débile / ridicule : soit un objet culturel qui va susciter des moqueries, railleries, ou simplement, des critiques

Tu évoques le harlem shake, c'est un comique de contraste situationnel qui repose sur quoi, sur la reproduction ratée d'une danse avant-gardiste par des individus qui ne savent pas danser et qui en bon geeks, vivent sur les réseaux sociaux. On est donc dans le grotesque, dans le décalé. Des fans de cosplay qui se mettent à effectuer un exercice de style au delà même de leur horizon. Le harlem shake initialement n'est pas du tout effectué comme on se le représente maintenant ; la vidéo "virale" montre un téléscopage des cultures avant-gardistes d'un côté et geek de l'autre (soit finalement, des power-rangers qui gesticulent). Ce sont deux univers bien hétérogènes qui se heurtent sur le plan de la forme, alors qu'ils n'ont dans le fond, aucun rapport.

Le virus : c'est quelque chose qui vient produire une fièvre malaisée. Projeté sur la scène culturelle : un "virus culturel" doit probablement instaurer ce malaise, comme témoin d'un conflit de tendances fortes et opposées. Ces contrastes font donc l'objet de controverses, de débats, avec pour protagonistes, par exemple, les haineux d'un côté, et les fans inconditionnels de l'autre. L'aspect caricatural de la forme, va donc désamorcer en même temps ce conflit de fond entre des classes sociales distinctes, et le rendre plus tolérable (après tout on se dira que ce n'est qu'une blague potache). Le comique d'une forme, c'est une sorte d'enrobage sucré autour d'un mélange qui normalement produit plutôt un clash. Donc ce n'est pas tant le style du contenu qui va le rendre viral, style techno, style dance, style rap, mais c'est la nature explosive des codes et des attentes propres au contenu lui-même qui forme le terreau de l'expression sociale d'un contenu "viral".

Exemple.

Pour nous re-situer dans un exercice de style plus francophone et sans considération sur la valeur intellectuelle du contenu, prenons la machine à buzz type "fatal bazooka", avec par exemple l'exploitation du contraste entre un rap mysogyne et une cheerleader décérébrée, dans "parle à ma main". Le contraste des codes, produirait un clash en temps normal, mais la forme "unifie" le message, et suite àcette unification formelle, le comique surgit. Même technique, même ficelle, utilisée sans complexe, par exemple, que celle utilisée dans le clip : 'j'aime trop ton boule (de mec)", l'association des codes et des clichés de la culture dance gay, axée sur un érotisme et une esthétique plutôt au féminin, entre en collision avec le style Lord Cossity, en rap au style très rugueux et assez mysogyne. Le produit fini, à savoir audio et visuel, est cohérent, et cette cohésion finit par être perçue comme comique.

Que peut-on dire d'autre ?

 

L'Administrateur

Hors ligne
Dernière visite: Il y a 5 années 2 semaines
A rejoint: 06/02/2013 - 20:19
Contributions: 413
Psy - Gangnam Style

Psy - Gangnam Style

Je ne parle pas Coréen...pas grand-monde en Europe le parle et pourtant, plus d'un milliard de vues...

Je suis autant respectueux que dépité.Il en faut pour tout le monde et tous les goûts.Il faut reconnaitre que cette musique Electro n'est pas si mauvaise que ça même si ça ne va pas chercher bien loin.C'est bien calibré mais guère artistique hors là, on parle quand même d'un artiste et de Musique.Son titre suivant, je n'aime pas du tout; il a donc fait un coup médiatique, ciblant une niche bien précise et ça a fait un buzz. Genre les bourges bridés qui font du cheval ont du trouver ça marrant.

Mais quitte à faire n'importe quoi, je préfère encore E pak Sa:

https://www.youtube.com/watch?v=TpRfEx3kTHc

Lui, si je dis pas de bêtises, c'est le patron de Sony Japon qui l'a "remarqué"...

Là, c'est clairement ridicule MAIS c'est tellement gros que ça ne peut qu'attirer la moquerie; si c'est pas le but, je crois que j'ai loupé un truc mais je peux me tromper.En tous cas, ça me fait bien rire. Il suffit de faire le clown ou tout comme et ça peut marcher.

C'est juste une logique lamentable, on est au 21ème siècle, bordel de merde. blink

Je te remcercie pour l'analyse du Harlem Shake; de plus, j'ajoute que les mecs de Harlem, qui pratiquent le "vrai" Harlem shake sont outrés par cette pantalonade ridicule mais parfois comique.La musique est juste...banale. Il suffit de faire le singe de la façon la plus abusive possible et la sauce prend... angry

Pour Fatal Bazooka, qu'ajouter...ben à ceux qui critiquent, il leur fait "une golden", hein...bon, là aussi, c'est bien ciblé, on va dire...et ça ne peut que buzzer; quoique ce Youn, on dit ce qu'on veut, dans son genre, c'est une pointure, c'est dommage qu'il se soit tourné vers le cinéma.

J'adore regarder les vidéos style "Big Fail "où on vérifie de près la connerie sans limite des gens et leur soif incroyable de reconnaissance alors qu'ils n'ont aucun talent.C'est pas le problème au fond, mais ça met en lumière un truc sociétale sidérant:

Je n'ai aucun talent particulier mais je veux être célèbre et là, très précisemment, c'est en faisant n'importe quoi qu'on peut devenir célèbre, grâce aux réseaux "sociaux".

Je regarde tout ça de très loin et suis toujours sidéré parce que les gens, artistes postent, assument...tellement c'est nul, naze...etc.

Je ne sais pas si les gens qui écoutent ce qu'on fait avec mon pote sont poli ou hypocrites.La plupart du temps, on me dit " c'est spécial".Ca doit être une façon polie de signifier que ce que je fais est nul à leurs yeux.Alors il est fort possible que je ne comprenne rien à la Vie et que ce que j'ai marqué ne soit pas pertinent.

Tout ce que je peux ajouter d'un point de vue personnel à ce que tu as écris, c'est que si une soucoupe volante se posait près de chez moi et que j'avais l'occasion de me barrer de la Terre, je le ferais dans la seconde; au nom de tout ce dont on parle ici.

ph34r

 

 

Portrait de admin
Hors ligne
Dernière visite: Il y a 3 jours 4 heures
A rejoint: 01/03/2011 - 16:36
Contributions: 910
IP: 176.167.141.245
le cas psy

Le "cas" Psy est effectivement intéressant : ce n'est pas tant que la première video a marché, c'est que parce que la seconde n'a absolument pas exploité convenablement les bonnes leçons issues de la première. Et il est logique qu'elle fonctionne moins bien même si on sent la patte de Psy dans ce boulot.

Qu'est-ce qu'on a dans la première vidéo "gangnam style" ? Des ingrédients particuliers. On va les résumer à la suite de ton intervention.

* grotesque et décalé. Psy est premièrement "clipé" comme une star de la pop internationnale : avec ces figures du vidéo-clip presque imposées pour une méga star, d'avoir une chorégraophie avec des danseurs qui positionnés en triangle ou à côté, font leur chorégraphie, synchrone. La technique date, on la retrouve même chez notre Claude François national c'est dire ! Et cette façon de chanter et danser est normalement la chasse gardée des méga-stars établies, en passant par les icones telles que M. Jackson pour ne citer que lui. Et Psy : dans son clip, une fois posé comme star, avec les codes du genre, s'évertue à détruire cette posture de l'intérieur, avec une danse grotesque, à savoir "la danse du cheval".  Le clip enchaine les rupture de perspective : Psy en gros plan est sur un transat avec des lunettes de soleil, il se la coule douce, gros cliché de star, puis plan élargi : en fait il est dans un bac à sable dans un cadre bien urbain et logiquement il n'a pas les moyens d'une star. Ca résume bien la toute la posture et l'ambition volontaire de présenter Psy de façon grotesque et décalée.

* l'allusion sexuelle, un ingrédient essentiel. Sylvester Stallone a commencé sa carrière dans le porno et le film s'intitulait "l'étalon italien". Alors le cheval... n'est qu'une grosse référence à peine implicite. C'est gros comme une ficelle : mais ça fonctionne. "Gangnam style" fait bel et bien référence à la position "doggy style" et à l'érotisme associé. Le terme "style" et le choix inapproprié de l'animal font mouche dans le titres qui semble comme sorti de son contexte. Le clip abonde d'ailleurs en postures douteuses : avec la scène de l'ascenseur en particulier. Qui n'a pas reçu dans sa boite mail un spam avec deux ou trois photos présentant la fameuse pose ? Personne ne capte rien au Coréen : mais "gagnam style" et le cheval, ça sent la niche persverse sexuelle à deux balles, juste déplacée et postée sur un support de vaste audience.

* pas banal : sorti de nos écran plats coins carrés de de nos smartphones sous android, on n'avait pas vu la Corée sous cet angle.

* la facilité de reproduction du virus : si l'on s'en tient au simple clip de Psy, c'est le recordman absolu. Le contenu musical est simple à reproduire avec un séquenceur moyen. Et le clip accumule les plans reclippables à l'inflini par des copieurs. Psy dans le parking refait le coup de Michael jackson dans son parking avec son clip Bad. Mais le coup de boost est aussi venu des reproductions / imitations connexes. Pensons aux vidéos de tout ceux et celles qui ont fait "leur version" de gangnam style. Pour exemple, des versions en machinima des fans de Skyrim et de tous les jeux en 3D où ton héros de RPG traverse des régions entières à cheval : jeux et communautés de gamers, qui réinsèrent le délire de Psy dans leur univers de gamers. On trouve même un "minecraft style" c'est dire. Des communautés sociales, sans rapport, mais qui par effet de "visionnage des vidéos associées" sur youtube produisent une avalanche de visites complémentaires sur l'original. Donc un contenu s'il veut être viral, doit être assez facilement "reproductible", et cette "haute reproductibilité" produit des imitations, des pastiches du pastiche, et un vértiable effet d'ascenseur culturel, qui renvoie toujours à la source, l'original : le clip de Psy. Le look de Psy est simple. Les couleurs flashy dans le clip qui permettent de bien distinguer les éléments les uns des autres. Les lunettes noires de Psy qui sont faciles à se procurer : contrairement à toutes les autres stars, Psy a un look "facilement reproductible" qui pousse au mimétisme et à la répétition. Cet espèce de pulsion du clonage envahit les ados qui s'évertuent à faire leur cover song en apprenant les phonèmes Coréens par coeur et chantent une bouillie que même un Coréen expert en xénolinguistique n'entraverait pas après huit ans d'études intensives.

* gros : gros sons en dent de scie sur le chorus, pour passer d'équerre dans tous les hauts parleurs, même pourris ; gros plans rapprochés, histoire d'être visible même sur les petits écrans de smartphones pilotés par des geeks et des ados qui s'envoient frénétiquement les vidéos débiles dans des télex facebook ou twitter. Le format du clip alterne plans hyper-rapprochés et plans larges autorisant finalement le snapshot sur tous types de médias, qu'ils soient de qualité ou pourris.

* marrant au bout de 30 secondes maxi. Le clip t'arrache un rictus le plus rapidement possible.

Que peut-on dire d'autre ?

 

 

L'Administrateur

Hors ligne
Dernière visite: Il y a 5 années 2 semaines
A rejoint: 06/02/2013 - 20:19
Contributions: 413
Excellente analyse lapiNIC !

Excellente analyse lapiNIC !

Certains points ne m'avaient absolument pas poussés à une réflexion aussi profonde...et pertinente.

Là, je sèche...J'espère qu'un autre forumiste va relancer le topic ph34r

Portrait de ostrogoth
Hors ligne
Dernière visite: Il y a 4 années 1 mois
A rejoint: 11/12/2012 - 17:51
Contributions: 347
personnellement j'ai toujours

personnellement j'ai toujours cette phrase de warhol en tête comme quoi tout le monde aura sa célébrité d'unquart d'heure je l'entend de cette maniere al'époque ou il fallais faire les beau arts pour esperer etre un artiste , faire ses classes de conservatoires avec un tel pour pouvoir esquissé ne serais que la moindre note mais maintenant avec toute les technologies disponibles (livres aussi) les autodidactes sont rois ce qui est bien mais qui amene une profusion d'artistes sur le marché(ou au moins auto proclamés artistes) et ce qu'on se dis tjrs trop d'info tue l'info(une feuille cache la forêt) d'autant plus que lorsqu'on vois parfois des pseudo artistes ce qui les intéressent avant tout est la célébrité pure et dure peu importe le moyen.

 

ps :slow li on me dis aussi que ma musique est space mais moi je m'en contre carre d'ailleurs faudra que je me penche sur ton album que t'a sorti y a pas longtemps sur le sitre que tu a mis en lien(j'ai pas encore eu le tempsblink)

Portrait de admin
Hors ligne
Dernière visite: Il y a 3 jours 4 heures
A rejoint: 01/03/2011 - 16:36
Contributions: 910
IP: 176.167.141.245
oui !

oui bien vu ostro !

* 1 quart d'heure !

C'est probablement le temps qu'il a fallu à Psy pour uploader son titre sur youtube et faire un brin de promo d'abord locale. Je crois donc que c'est aussi un élément incontournable de la progression "virale" : le virus culturel doit apparaitre brutalement et simultanément partout à la fois et je pense que psy a une fan base suffisante pour avoir innondé la cybersphère assez rapidement en Corée une fois le clip sorti. Si on devait poser un axiome, disons qu'un virus culturel se répand d'autant plus puissamment qu'il est promu et actif en un temps record. Son coté "insolite" a permi d'animer les blogs et les revues dédiées qui n'avaient que ça à se mettre sous la dent en plein été pour créer de l'activité. Puisqu'en effet, le clip est apparu en Corée en juillet 2012, il a juste explosé les charts Coréens en quelques jours, et ce pic incroyable a eu une sorte d'effet de réaction en chaîne, de blogs en comptes twitters, de comptes twitters en pages facebook, de pages facebooks en mails, pour se retrouver cuit à point pour la rentrée de septembre et servir d'attracteur sociologique à la sortie des congés estivaux, pour des milliards de jeunes en pleine rentrée scolaire. La réaction en chaine s'est donc produite sur une durée éclair de 6 mois puisque le milliard de vues a été atteint à la fin de l'année.

Pour précision, on a la confirmation que Gangnam style exploite les conflits de classes sociales, comme supposé plus haut dans mon précédent commentaire. Gangnam c'est un coin de la Corée où s'entassent les nouveaux riches issus du miracle technologique Coréen. Gangnam est à Séoul ce que le XVIe arrondisement est à Paris. Et forcément, le "style Gangnam" ridiculise aussi le "style nouveau riche" puisque la danse est grotesque. Et ce faisant, le clip crée un buzz puisqu'on a un débat critique consumériste sur le plateau d'argent : "t'as réussi ta vie" pour "devenir un consommateur grotesque". Débat interminable qui touche finalement toute les sociétés de consommations qui, emportées dans des projets économiques et sociétaux voués à la consommation de la production, et à la production de la consommation, se réveillent au fait de leur réussite pour découvrir l'aspect creux de leur propre idéal. La critique consumériste est en outre redoublée par le fait que la K-Pop jugée transnationale, avec ses boys bands et ses girls band qui font leur chorégraphies à l'attention d'un marché d'ados pré-pubères profilé et rasoir, et ce style musical "marche à fond" actuellement en asie, alors que le phénomène Boys bands, elle est passé de mode (et même ringardisé) depuis la fin des années 90 en occident. La K-Pop est devenue le symbole du consumérisme transnational le plus stupide et est - forcément - l'objet des critiques esthétiques et intellectuelles, bien actives en Corée. Donc je confirme : un virus culturel cultive le débat sans quoi, il n'a aucune chance de toucher. Et plus le débat est généraliste, voire universel, plus la pandémie transcende les frontières.
 

L'Administrateur

Hors ligne
Dernière visite: Il y a 5 années 2 semaines
A rejoint: 06/02/2013 - 20:19
Contributions: 413
Ouaip pour Warhol, ça me

Ouaip pour Warhol, ça me vient aussi à l'esprit quand je vois ces "zouaveries".

Oui, il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus; c'est clair qu'il y a beaucoup de personnes qui "s'appellent elles-mêmes"... rolleyes et qu'à part avoir l'air con, elles n'ont pas grand-chose pour elles...

Ca essaye de singer un truc qui marche...sans "génie", malheureusement pour eux...donc c'est en vain...

Oui, moi le premier pour ta zik, ça concernait "Horrible Women" par exemple mais c'est parce que c'est un style minimaliste donc je pense être aux antipodes.Ca ne m'empêche pas d'en avoir une de toi, "La peste".

Ca ne gêne pas qu'on me dise c'est spécial, je me demande juste si c'est pas une façon polie de dire qu'on n'aime pas...après, les goûts et les couleurs...No problem, je suis pas ici pour vendre ma "soupe" drummer

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

lapiNIC ! yeah

D'accord...c'est agréable d'avoir une réflexion poussée à ce point.J'ai réussi à éviter le raz de marée, je n'aime pas ce genre de mouvement où il FAUT écouter le truc du moment; c'est d'autant plus intéressant ce que tu dis à propos de la K-Pop, du vide astral de l'Ideal de Vie évoqué.

Merci.

Portrait de harmelbe
Hors ligne
Dernière visite: Il y a 1 année 5 mois
A rejoint: 26/12/2012 - 17:28
Contributions: 260
Je suis tout à fait d'accord

Je suis tout à fait d'accord avec vos réflexions sur les étapes d'un évènement viral:

 - création sur base d'une mise en place d'une dualisation sociale

 - ajouter des effets délirant associés à cette dualisation

 - réaliser un bon support pour présenter ces effets

 - Une fois le projet bien ficelé et fonction du projet bien définir la date de présentation

 - baser la présentation sur des buzz et ainsi crée un besoin

 - et enfin lancement officiel du projet

 

Ce type d'évènement peut être une réussite foudroyante ou tuer définitivement, c'est un risque mais bon c'est notre société actuelle qui veut çà!!!sad2

Je pense que tout morceau de musique quelle que soit son style, si il est bon sera reconnu un jour ou l'autre, alors ne nous plions pas au formalisme et créons en fonction de nos sensibilités.

A+

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire